Le GLazart (et sa plage, surtout sa plage).

Hier encore, mes faibles souvenirs du Glazart se limitaient à la fin de soirée (soirées?) alcoolisée, fatiguée, à errer sur des marches en béton dans l’espoir vain de voir débarquer un taxi. Je ne sais pourquoi, dans ma mémoire, le métro était loin. Physiquement. Hier soir, je réalisai que ce n’avait été en réalité que l’heure des premières rames matinales. Car la bouche n’est qu’à deux pas de l’entrée de cet endroit aux airs de gare de bus abandonnée (après recherches, il s’avère d’ailleurs que c’est une ancienne gare routière…). Pas très glamour donc les environs de ce Glazart ici depuis déjà bien longtemps. Néanmoins, tout ceci lui donne aussi des allures d’endroit underground berlinois et décalé, si rare encore dans le paysage nocturne capitalesque.

Alors c’est vrai, on y traîne pas vraiment. Et pourtant, ces derniers étés, on se disait qu’on irait bien à la plage, là, à deux pas du périph’. Depuis peu, de la fête de la musique à la techno parade mi-septembre, le Glazart se pare de sable fin, de transats, de canisses, de comptoirs en plein air. Et même d’un baby-foot. En prime, des concerts et dj sets gratuits sont programmés chaque jour.

Le temps qu’il faisait hier, nos pieds ensablés, une bière à la main et le concert bien sympathique de Woods (belle découverte au passage) nous ont consolé de ne pas faire partie de ces veinards ayant déserté la capitale.

Côté pratique et matériel, le prix des boissons est honnête, compte tenu de la gratuité à l’entrée et de la petite somme à verser en sus pour les gobelets en plastique réutilisables. Pour manger, le food truck After Eleven avec ses bonnes parts de pizza à 4 euros et ses focaccias à 7 euros sont là pour te servir. Un conseil, vas-y juste avant la fin du concert, pas de queue et encore à manger!

Bref, la Plage m’a enfin réconciliée avec le Glazart. Mieux vaut tard que jamais.

LeGlazartCollage

LeGlazart_6

Le Glazart. 7-15 avenue de la porte de la Villette, 75019 Paris. Métro Porte de la Villette.

Laisser un commentaire