Le Red House

Une devanture rouge. Une petite plaque dorée. Difficile de ne pas trouver le Red House si tu arpentes la rue de la forge royale. Ici, c’est chez Joe. Ça parle anglais, sauf qu’on n’est pas au pub. Entre. Et traverse l’Atlantique. Car si à Paris, il y a de quoi faire en termes de bars, c’est souvent plutôt demi et ballon de rouge que cocktails élaborés, surtout si tu veux éviter la banqueroute.

Au Red House, le tableau noir est un miroir, dans lequel tu pourras voir les visages s’émerveiller tant le choix est varié. En haut de chaque liste, la base des cocktails devance leurs noms : rhum, gin, et bien d’autres. Pour le reste, c’est souvent une belle surprise. Peut-être replongerez-vous dans les saveurs de votre enfance, s’il vous arrive de savourer l’un de ces cocktails au petit goût de violette, typique de ces bonbons qu’on aimait tant étant mômes. Les filles, choisissez un aviateur (dans l’aviation). Ou un millionnaire.

L’aventure n’est pas ton truc ? Demande conseil de l’autre côté du bar, ils te montreront la voie. Et si après quelques verres, tu es encore capable de distinguer les motifs du papier peint de la salle au flipper attenante (à observer à jeun, vraiment), bravo à ton foie. Ou pas.

Enfin, sache que le bar à des cornes, mais ne charge pas (…), en particulier en happy hour (on est loin des 12 euros le verre). Et tu pourras également découvrir des cocktails inédits lors des soirées à thèmes.

RedHouseCollage2

Le Red House. 1 bis rue de la forge royale, 75011 Paris. Métro Ledru-Rollin.
Ouvert tous les jours de 17h00 à 2h00.

3 commentaires sur “Le Red House”

  1. En happy hour, les cocktails sont désormais à 7.50€ et en choix limité (seulement 4 cocktails sur la douzaine disponible). Pas forcément très bon marché du coup…

    1. C’est vrai pour le prix, par contre, le nombre de cocktails en happy hour est variable.
      Et ça reste toujours un bon deal comparé à bon nombre de bars à cocktails parisiens (jamais de happy hour et en moyenne 12 euros le verre).

  2. Nous avons été viré comme des mal propres à la fermeture par un barman aux tatouages dans le cou et sur les bras nommé « Gui Astoria​ ». Sans un merci et vraiment très désagréable alors que nous avons dû lâcher une centaine d’euros? Inadmissible ! Je trouvais ce bar sympa et rock n’roll mais sans ce pauvre type, qui pour moi n’a aucune qualité de barman.

Laisser un commentaire