Me voilà Paris.

Aligre. Le printemps. Cette pièce inondée de soleil. Un slip enflammé qui fait le ménage. Le son d’un clavier. Monsieur Banane, au loin. Un bananier aussi.

Et Paris qui m’accueille avec ça dans les oreilles.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.