Carnets de voyage : Lille

Pour les plus fous fous d’entre vous, les aventuriers du weekend, sachez que la province, ça n’est pas que Deauville, Serre Che’ et Saint-Trop’.

Je sais que c’est un peu effrayant, mais si tu voulais t’évader de Paris, je te conseille vivement Lille, sa Grand Place et ses pavés. Si tu es agoraphobe, allergique aux fruits de mer, et que les vieux bibelots t’emmerdent, évite le premier weekend de septembre durant lequel se déroule la Grande Braderie. Sinon, c’est bon, tu peux tester.

Enfin, si tu te lances dans cette aventure mais qu’une fois là-bas là-haut, tu as trop froid, que le choc est trop violent, que tu réalises que tu n’étais pas encore prêt à affronter un tel changement, sache que Lille n’est qu’à une minuscule heure de Paris en TGV. Tu pourras donc revenir fissa dans ton quartier chéri.

Maintenant que le décor est planté, revenons à l’essentiel : la bouffe et la picole.

A Lille, tu pourras te bouloter de délicieuses gaufres de chez Meert, ou de merveilleux merveilleux Aux Merveilleux. Si tu aimes la bière, oublie la 1664 et la Carlsberg, sois gentil. Pour un brunch, teste le Basilic Café (et son agréable terrasse en été). Pour un petit verre de vin et une planche, accoude-toi au bar de chez Monsieur Jacques.

Pour un tas d’autres adresses utiles, évidemment, il y a le Chti.

Et à Lille, il y a aussi de la bonne musique. Bordel. Merci P pour la découverte.

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui. Ah, et bonne année les cocos!

Laisser un commentaire