La trentaine parisienne

Putain. LA trentaine, bientôt. A Paris, toujours. A écouter ceux qui rêvent de leurs 15 ans et de campagne, ces deux points peuvent facilement mener à la dépression.  En ce qui me concerne, les trente ans peuvent me faire chier mais ne me font pas peur. Quant à Paris, il paraît que c’est une des plus belles villes du monde. Alors, je ne vais pas me plaindre. Râler, peut-être. Mais me plaindre, non. Tu dis que c’est la même chose. Pas pour moi. Alors ta gueule.

Bref, parlons de la trentaine, parlons de Paris. Et ne nous prenons pas au sérieux. Surtout pas. Tout cela n’est que pour rigoler. Car en fait, je suis sympa, si si.

Laisser un commentaire